Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

La Poupée

(Audran)

 

Au couvent dont le père Maximin est le supérieur, la plus extrême pauvreté règne. Que faire ? Sur un morceau de journal figure un article sur maître Marins, qui a créé des automates imitant la nature à s'y méprendre. Or l'oncle La Chanterelle du novice Lancelot, qui déteste "les curés" a promis une énorme somme à son neveu s'il se marie. Pourquoi ne pas acheter une poupée à Hilarius, la faire épouser par Lancelot, et toucher la somme dont bénéficierait le couvent ? Lancelot est effrayé, car il est timide comme le sont toutes les jeunes filles (il faut savoir que l'histoire se passe il y a très, très longtemps ...). Voilà Lancelot parti pour la ville. Après 8 jours, il se décide à aller voir Marins. Celui-ci, qui est affreusement myope, ne sait pas que deux de ses poupées sont cassées et que sa femme et sa fille Alésia les remplacent. Il les vend à Lancelot et Alésia ne proteste pas, car elle est tombée amoureuse du petit jeune homme qu'elle voit depuis une semaine tous les jours à la messe. Les préparatifs de la noce donnent lieu aux plus réjouissantes péripéties, mais le comble, c'est lorsque Lancelot regagne le couvent avec sa poupée (hm ! hm !) et l'argent de l'oncle. Faut-il dire que tout finit bien, que Lancelot ne restera pas novice (dans aucun sens du mot), que l'oncle verra son neveu bel et bien marié et que le couvent connaîtra la fin des vaches maigres ?

 

D'après R. Pourvoyeur

Tous droits réservés

Retour à l'index


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62