Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

Les Mousquetaires au couvent

(Varney)

"Dans le village on dansera

gaiement sous le grand chêne .."

 

"Pour faire un brave mousquetaire

Il faut avoir l'esprit joyeux,

Bon cœur et mauvais caractère"

 

"Je suis l'abbé Bridaine

un si bon garçon

qu'on peut sans façon

le mettre en chanson ..."

 

L'action des Mousquetaires au Couvent se passe en Touraine, sous le règne de Louis XIII, successivement :

Acte l - A l'Auberge "Au Mousquetaire Gris" à Vouvray

Acte 2 - Dans la salle d'étude du Couvent des Ursulines

Acte 3 - Dans la cour du Couvent

 

Les clients de l'Auberge "Au Mousquetaire Gris" à Vouvray, s'amusent follement et, entre autres, Narcisse de Brissac, mousquetaire du Roy, qui ne résiste pas au désir de serrer de très près Simone, l'accorte servante de l'établissement.

 

Narcisse a quelques soucis pour son ami Gontran de Solange, officier des mousquetaires, qui paraît fort mélancolique. En fait, Gontran aime Marie et son amour est partagé. Or, Marie et sa sœur Louise sont pensionnaires au Couvent des Ursulines. Ces deux jeunes filles sont les nièces du Comte de Pontcourlay, Gouverneur de Touraine. Intime du Cardinal de Richelieu, le Gouverneur souhaiterait que ses deux nièces prennent le voile pour servir la politique du conseiller de Louis XIII. A la demande de Narcisse, l'Abbé Bridaine, jadis précepteur de Gontran arrive à l'auberge pour s'entretenir avec son ancien élève. Gontran avoue son amour pour Marie à Bridaine qui se propose pour intervenir en faveur des deux amoureux auprès du Gouverneur. Sinon, les deux mousquetaires ont l'intention d'enlever Marie et de mettre le feu au couvent. Mais, voici que le Gouverneur s'amène à Vouvray. Sur le champ il ordonne à Bridaine d'informer ses nièces de sa décision de les voir entrer en religion.

 

Deux moines débarquent à l'auberge. Le Gouverneur leur offre l'hospitalité moyennant qu'ils se rendent au couvent pour convaincre les deux jeunes pensionnaires du projet de leur oncle. Sans aucune hésitation, Gontran et Narcisse dépouillent de leurs robes les deux révérends, déshabillés et retenus dans une chambre par les hommes de ces mousquetaires prêts à tout pour que l'amour triomphe.

 

Déguisés en capucins, les deux fringants mousquetaires prennent le chemin du couvent dans le but d'enlever Marie avant l'arrivée du brave Bridaine Les religieuses se félicitent de la visite qui leur est réservée par les révérends pères dont l'entrée au couvent est très remarquée des jeunes pensionnaires. En particulier, le langage sibyllin de Frère Narcisse étonne les bonnes sœurs.

 

Marie ne tarde guère à reconnaître Gontran sous la robe de bure. Quant à l'espiègle et curieuse Louise, elle a tôt fait d'attirer l'attention de Narcisse. Pour le moment, elle ignore les amours de sa sœur et de Gontran. Cependant, elle se doute qu'il y a anguille sous roche et veut en avoir le cœur net.

 

L'abbé Bridaine survient à son tour. Il obtient de Louise une lettre de congé rédigée à l'intention de Gontran. La satisfaction qu'éprouve Bridaine, après être parvenu à obtenir cette missive, ne dure guère. Quelle stupéfaction pour le saint homme quand il reconnaît Gontran et Narcisse sous les robes de moine. Malgré la colère qui l'envahit, l'abbé est incapable de dénoncer les deux usurpateurs. Il ne lui reste plus qu'à feindre et à demeurer leur complice. Gontran reçoit la lettre prise à Marie mais en retour il montre à Bridaine une autre missive découverte dans un pupitre. Marie y parle de sa passion amoureuse pour le beau mousquetaire.

 

Quant à Narcisse, de son côté, il savoure le copieux repas préparé par les religieuses. Ayant trop bu et trop mangé, il est terriblement gris. Néanmoins dans cet état d'ébriété, Narcisse désire prononcer un sermon sur l'amour devant les pensionnaires. C'est le délire parmi ces demoiselles qui sèment la révolution dans le couvent. Les religieuses sont outrées des faits et gestes de Narcisse Bridaine, aussi, est scandalisé et il ne sait plus à quel saint se vouer. Il tente d'expliquer que le comportement de Narcisse est la conséquence d'un coup de soleil attrapé par le malheureux moine lors d'un pèlerinage en Palestine.

 

Après avoir cuvé son vin, Narcisse complote avec Gontran l'enlèvement de Marie. Louise surprend leur conversation et décide d'être de la partie au grand ravissement de Narcisse de plus en plus attiré par cette jolie pensionnaire.

 

Les religieuses se méfient des deux capucins et même de Bridaine qui n'est plus à un mensonge près pour défendre Narcisse. La Supérieure annonce l'arrivée prochaine du Gouverneur et du Cardinal de Richelieu. Le temps presse pour fuir et Bridaine fait irruption au moment où les amoureux se préparent à quitter le couvent. Simone vient annoncer que les deux capucins retenus à l'auberge font grand tapage. Le Gouverneur veut arrêter les capucins dénoncés comme des conspirateurs qui veulent attenter à la vie du grand cardinal. Narcisse et Gontran dévoilent leurs identités. Du coup, il n'y a plus d'équivoque. Les hommes enfermés au "Mousquetaire Gris" sont donc de faux moines que Narcisse et Gontran, sans le vouloir, ont mis hors d'état de nuire.

 

Grâce à ces deux braves mais néanmoins malicieux mousquetaires, le Cardinal de Richelieu a la vie sauve. Le Gouverneur conçoit que pour un tel fait, Narcisse et Gontran ont droit à une récompense et non point à une punition pour désobéissance et usurpation. En tant que Comte de Pontcourlay, sans tarder, il accorde la main de Louise à Narcisse et celle de Marie à Gontran.

 

Jacques Paul

Tous droits réservés


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62