Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

Le coeur et la main

(Lecocq)

Le nouvel opéra-comique que Lecocq présentait en cette soirée du 19 octobre 1882 au Théâtre des Nouveautés succédait à une reprise de Fatinitza de Suppé et aux deux cents représentations du Jour et de la Nuit.

    Les spectateurs ne purent manquer de s'apercevoir que la nouvelle pièce, malgré le changement de librettiste, était la sœur de l'autre ; elles appartenaient à cette longue série d'ouvrages de Lecocq basés sur l'idée de la nuit de noces contrariée, un au moins des époux n'étant pas celui que l'on croit être. L'originalité de ces ouvrages était, qu'ils commençaient là où d'autres finissent : par un mariage. Ceci avait fourni à Lecocq des livrets à succès depuis dix ans : Giroflé Girofla (1874), La Petite Mariée (1875), La Marjolaine (1877) Le Petit Duc (1878), Le Grand Casimir (1879), le Jour et la Nuit (1881) pour n'en citer que quelques-uns, en étaient des exemples, plus ou moins fidèles au patron original ; même l'immortelle Fille Angot commençait, elle aussi, par des préparatifs de mariage

Il fallait donc se différencier du Jour et la Nuit, tout en faisant de l'aussi bonne musique, si possible. Lecocq se multiplia, donnant à Micaëla (rôle écrit pour la ravissante Mme Vaillant-Couturier) toute une série de délicieuses choses à chanter et réservant enfin pour cette fois le rôle de l'amoureux à un baryton, M. Vauthier, dont la voix, la prestance et la bonne humeur allaient faire merveille. Le principal rôle comique était tenu par l'amusant Berthelier, toujours présent et qui tirait du rôle du roi d'Aragon le. maximum possible - et même plus, affirma-t-on. Il y avait aussi Montaubry fils qui promettait beaucoup et la gracieuse Elise Clary.

Voici comment Lecocq jugeait cette œuvre :
" Jolie pièce dont les deux premiers actes sont les meilleurs. Le troisième ne m’a jamais satisfait... Le succès fut très grand, et madame Vaillant-Couturier, excellente chanteuse, très jolie femme, qui faisait son début dans l’opérette, y produisit un excellent effet. Tous les rôles étaient bien tenus, la pièce soigneusement montée, et je puis enregistrer cet ouvrage parmi mes plus francs succès. Malgré le chiffre élevé des recettes, le directeur des Nouveautés, pour des raisons administratives à lui connues, interrompit brusquement les représentations à la centième pour jouer une autre pièce ".

 

 

Retour à l'index