Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

Miss Heylett

(Audran)

 

 Miss Heylett Smithson est une délicieuse mais excessivement prude petite Américaine qui, ayant fait une chute au cours d'une excursion pyrénéenne, est restée accrochée à je ne sais quelle végétation, mais de telle façon que sa jupe, relevée, a laissé voir des dessous que nous espérerons tout blancs et tout propres. Même à notre époque, pourtant très économe de textile pour les dessous féminins, toute femme qui n'hésiterait pas à tout montrer (et davantage sur une plage, serait gênée de laisser voir tout à coup une culotte à froufrous ! Excessivement puritaine, Helyett, qui a été sauvée par un homme qu'elle n'a pu voir, accepte la décision de son père le pasteur. Puisque seul un mari peut voir des dessous aussi intimes, elle doit épouser « homme de la montagne »... Précisons en passant que le visage d Helyett était resté caché pendant ce sauvetage. Cela rend les choses invraisemblables, mais sans ce détail, il n y aurait pas de pièce ...

Qui est ce sauveur ? A l'hôtel, il y a Puycardas, un toréador gascon aussi fanfaron que couard, qui fait la cour à Manuela une jeune Espagnole, hélàs flanquée de sa mère, un vrai dragon. Il y a Paul, le peintre qu’ Helyett a connu quand elle était petite fille, et qui lui plaît plus qu'elle ne veut l'avouer ; ah, si elle savait que c'est lui, son sauveur

Mais elle ne sait pas ce que tous les spectateurs savent, car Paul a fait un croquis de son aventure et l'a montré à un ami. Il y a enfin James Richter, négociant de Chicago, éternel amoureux éconduit d’Helyett, auquel Smithson, désespérant de retrouver le vrai « coupable » ; recommande de dire à Helyett : « Je suis l'homme de la montagne » ; ce qui le fait agréer. Mais le pauvre se trahit et se voit repoussé avec dédain. Puycardas, s'étant vanté d'un sauvetage, est « réquisitionné » par Helyett armée d'un pistolet. Très triste de la perspective de ce mariage, elle permet à Paul, qui l'aime aussi, de faire son portrait, là, tout de suite, dans son album (celui qui contient déjà la scène... panoramique !) l'album tombe et sera rouvert par Helyett, à la page « ad hoc ». Paul, l'homme de la montagne ! Ah, bonheur ! Rideau.

 

D'après R. Pourvoyeur

Tous droits réservés

Retour à l'index

 


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62