Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

O mon bel inconnu

(R. Hahn)

Couplets et livret de Sacha Guitry

Première le 12 octobre 1933 au théâtre de Bouffes-Parisiens

 

Laissons Sacha Guitry donner lui-même le ton plein de verve de son histoire :

«C'est une tragédie bourgeoise.

Il ne se passe guère dans ma pièce que des évènements d'une extrême gravité.

Un homme, un honnête commerçant, brave au fond mais moralement aveugle et qui s'imagine que sa compagne, sa progéniture et son personnel se sont ligués contre lui. Cette tragédie aurait pu s'appeler «Connais-Toi Toi-Même», elle aurait pu finir très mal. Au moment de l'écrire en vers alexandrins et de l'offrir à la Comédie Française, j'ai réfléchi pendant une dizaine de minutes et j'en ai fait une comédie.

Puis m'étant aperçu que certains passages de cette comédie étaient écrits en vers libres, j'ai demandé à Reynaldo Hahn de bien vouloir mettre en musique les dits passages.

La tragédie était devenue une comédie musicale.

Dans ma tragédie le personnage principal était proconsul de Rome.

J'en ai fait un chapelier.

Les soldats, ses hommes d'armes, se sont transformés en une bonne à tout faire.

Il y avait un confident comme dans toutes les tragédies et ce confident ne disait pas grand chose.

J'en ai fait un confident muet.

Avec ma tragédie, chers spectateurs, je risquais de vous faire sourire; puissais-je avoir la joie de vous faire rire avec ma comédie.

- Sacha Guitry

Résumé

Avec sa femme, Antoinette, et sa fille, MarieAnne, Prosper Aubertin tient commerce de chapellerie. Pour se prouver qu'à la cinquantaine il peut jouer les séducteurs et avoir des aventures extra-conjugales, il fait paraître, de façon anonyme, une petite annonce dans le journal, à la recherche de l'âme sueur qui est priée d'adresser réponse poste-restante.

Or quelle n'est pas sa surprise et sa confusion de recevoir de la part de sa femme, de sa fille, et de sa bonne Félicie, dont il recourait les écritures, une réponse sans ambiguité sur la finalité de ses propres propositions. Pour se venger et confondre tout le monde, il décide de louer une villa, en bord de mer où il fixe rendez-vous aux trois femmes, espérant ainsi obtenir des explications à leur comportement.

Bien entendu, rendues à la villa, tout finira par s'éclaircir et s'arranger grâce à un astucieux échange de correspondances, Félicie trouvant l'âme soeur en la personne de Monsieur Victor, le propriétaire de la villa, Antoinette et Prosper, sans perdre pour autant la face, se pardonneront mutuellement leur tentative échouée d'infidélité. Quant à leur fille Marie-Anne, elle trouvera le bonheur avec Claude, venu à la chapellerie en client anonyme car amoureux en secret de Marie-Anne, celle-ci n'état pas insensible au charme troublant de ce bel inconnu. Ils se marieront et auront beaucoup... de petits chapeaux.

 

(extrait par Arletty et Reynaldo Hahn, 1933)

 

Retour à l'index


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62