Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

Violettes impériales

(Vincent Scotto)

 

Est-ce le succès de la chanson "La Violetera" interprétée par Raquel Meller qui incita Henry Roussell de tourner avec sa créatrice un mélodrame mettant en scène une petite marchande de violettes ? En tout cas, le film (1924) fut un triomphe et le réalisateur réalisa une version parlante de Violettes Impériales en 1932 toujours avec Raquel Meller.
Cette belle histoire d'amour inspire Henri Varna qui, avec la collaboration de Paul Achard et René Jeanne, découpe l'ouvrage en une opérette en 2 actes, musique de Vincent Scotto, qui devient bientôt l'un des plus grand succès du théâtre Mogador avec Marcel Merkès dans le rôle de Don Juan et Lina Walls dans celui de la petite marchande de violettes. C’est cet ouvrage qui consacre Marcel Merkès grande vedette de l’opérette.
A sa création Violettes Impériales se joue à Mogador du 31 janvier 1948 au 5 février 1950; une première reprise est donnée du 28 juin 1952 au 15 février 1953, une seconde, qui marque la rentrée de Marcel Merkès à Paris après quatre ans d'absence, est jouée une année entière (du 3 février 1961 à la mi février 1962).

    Violettes Impériales aura donc été joué en tout à Mogador près de 1 500 fois !. En province et à l'étranger, on citera plusieurs tournées importantes emmenées au succès par Marcel Merkès et Paulette Merval.

    De la partition, quatre airs connurent un très grand succès: "Ce soir mon amour" et "Si tu voyais" chantés par Juan, "La Valse des Violettes" et "Qui veut mon bouquet de Violettes", interprétés par Violetta.

    Un film musical, qui reprend le même thème, attire les foules lors de sa création en 1952. La musique a été composée par Francis Lopez et l’interprétation confiée à Luis Mariano et Carmen Sévilla.
 

Argument

Séville, 1852 : une petite marchande de fleurs, Violetta, a rencontré le comte Juan d’Ascaniz et ce fut immédiatement le grand amour. Mais comment une petite marchande de fleurs peut-elle espérer épouser un si grand seigneur ? Madame d’Ascaniz, mère de Juan, a formé le projet d’unir son fils à la belle Eugénie de Montijo, avec l’appui du marquis del Basto qui est lui aussi amoureux de Violetta. Ce dernier s’efforce de prouver à Violetta l’indignité de Juan et il y arrive si bien que Violetta essaie de poignarder Eugénie de Montijo lors d’une rencontre où celle-ci est au bras de Juan. Eugénie rompant alors avec le jeune comte, s’oppose à l’arrestation de la jeune fille qui lui prédit qu’elle sera un jour impératrice.

Paris, 1854 : Eugénie de Montijo est effectivement devenue impératrice en épousant Napoléon III. L’impératrice qui n’a pas oublié les prédictions de Violetta l’a fait venir à Paris et lui a confié la place de fleuriste de la Cour. Après un long voyage, Juan vient à Paris comme attaché militaire à l’ambassade d’Espagne et y retrouve Violetta. Cependant, il a pour mission de peser sur l’impératrice afin qu’elle oriente Napoléon III vers un changement politique, ce qu'Eugénie de Montijo refuse. La mission de Juan étant un échec, un groupe de conjurés le séquestre aussitôt et s’emploie à fomenter un attentat contre le couple impérial. Violetta surprend le complot et prend la place de l’impératrice et est blessée à sa place. Emue par se dévouement, l’empereur anoblit la jeune fille qui peut enfin épouser le comte Juan d’Ascaniz.

 


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact : matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62