Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

Le joueur de flûte

(Hervé)

 En 1864, Hervé rencontre un sténographe du Palais de Justice de Paris. Et commencent les facéties. Ce partenaire dit se nommer Jules Moinaux. Il est né à Tours d'une famille de modeste ébéniste et, pour l'état civil, s'appelle Joseph Désiré Moineau. - On ne peut évidemment soupçonner qu'il sera le père de maints livrets d'ouvrages à succès, des célèbres Tribunaux comiques, et... le père légitime de Georges Courteline.

Il troque son patronyme pour celui de Moinaux et ses deux prénoms contre celui de Jules, prénom romain s'il en fût : ne propose-t-il pas au compositeur Hervé un livret qui ne peut être que d'inspiration romaine?.. En outre, cette année-là, la mode au théâtre, dans les arts, à la ville est aux joueurs de flûte. "L'opérette romaine" aura pour titre: Le joueur de flûte, et pour héros principal Duillius (Népos), consul qui a vraiment existé en l'an 261 avant JC. Il reste, comme témoignage des exploits guerriers de ce magistrat d'avant notre ère, une colonne rostrale en frag­ments au musée du Capitole ainsi que des traces lisibles d'inscription. Le public du théâtre du Second Empire était certes assez cultivé pour suivre ses amuseurs dans toute allusion historique, littéraire ou d'actualité et la réputa­tion d'Hervé fort instruit, grand lecteur, chercheur et curieux était bien connue, et particulièrement pour tout auteur en mal de création. Enfin, la passion de l'Empe­reur pour l'histoire romaine n'était point un secret d'Etat. Va donc pour Le joueur de flûte à l'affiche du Théâtre des Variétés. A l'écoute de cette partition, on devine aisé­ment l'impertinent traitement réservé à l'évocation de mœurs antiques. Le sénateur Cucurbitus (famille des cucurbitacées: courge, citrouille, concombre et melon) conçoit quelque jalousie à l'égard du consul Duillius qui courtise sa femme: Tulipia..

Il intervient auprès du Sénat afin qu'on attache à la personne du glorieux Duillius, sous forme de récompense, un joueur de flûte du nom de Diachylum (autrement dit et par définition "emplâtre"), d'où déferlement de jeux de mots en partant du double sens, propre et figuré de ce terme médical. Parallèlement, Diachylum rêve aussi d'obtenir les faveurs de la "grande dame" romaine: aussi le fat méprise-t-il la passion que lui voue Busa, au nom évocateur, servante, confidente, complice de Tulipia ("Ah ! ces gredins d'hommes !". Ne quittant pas le consul d'une semelle de sandale, Diachylum jouera de la flûte en toute circonstance, à toute heure, en tous lieux et en toutes occasions, même les plus privées ('je célèbre la gloire immense du grand consul Duillius"). Parodie historique, parodie musicale - savante, mine de rien - mais qui a le diable au corps. "La morale en sort plus leste – A moins qu'elle n’y reste". Après une grande scène d'explication tragi-comique et collective, Tulipia jurera (sur la tête des enfants qu'elle n'a pas eus de Cucurbitus) qu'elle est demeurée l'épouse vertueuse de celui-ci, injustement soup­çonnée, voire maudite sans preuves. On n'est pas plus impudente.

Le trio classique: le mari, la femme et l'amant ne s'en reconstituera pas moins dans l'aveuglement traditionnel de l'époux, se réinstallant dans une béate sérénité. Dia­chylum, qui a perdu la partie, ira flûter ailleurs et Busa, qui a perdu ses illusions, soupirera à jamais et sans espoir dans le sillage de la triomphante Tulipia. Voilà comment on écrit l'Histoire.

Retour à l'index


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62