Les Matelots de la Dendre

Les Matelots de la Dendre

L'opérette

Le répertoire

Les compositeurs

Les artistes

HISTORIQUE DE LA SOCIETE

  

Les origines de la société sont peu connues. Son apparition se situe le 10 avril 1853, dans le cadre des cérémonies en l'honneur du 18e anniversaire du Duc de Brabant, futur Léopold II. (Celui-ci fut d'ailleurs plus tard le premier "parrain" de la société.) Les Matelots de la Dendre sortent costumés dans un cortège où figurent également les géants.

Le président fondateur est Charles Wynant et le directeur musical Alphonse Delcourt.

La même année, les Matelots de la Dendre participent au cortège de Ducasse. Vingt jeunes gens, montés sur une barque, chantent des chœurs pendant tout le trajet . Ce char fut pris en charge, en 1865, par la société des Pêcheurs napolitains puis par les "Braves de la Dendre".

Le lundi de la Ducasse (29 août 1853), la société donne, à la Salle du Spectacle, leur premier concert, suivi d’un bal.

La nouvelle société allait sans tarder faire parler d’elle.

En 1863 eut lieu à Bruxelles, le 26 septembre, un concours entre les diverses sociétés de chant d’ensemble.

La société "Les Matelots de la Dendre" y participa avec tant de brio qu’elle fut classée première de sa catégorie - à l’unanimité - et reçut simultanément le diplôme d’honneur et la médaille d’or. Ce brillant succès, tant mérité, valut à notre jeune société de nombreuses lettres de félicitations. Parmi ces congratulations, il convient de citer hors de pair la lettre de notre éminent concitoyen Léon Jouret, qui écrivait notamment :

"Je suis heureux du succès que vous avez obtenu et j’ai voulu vous le dire de vive voix à tous en allant vous presser la main le jour même ou vous revenez vainqueurs dans notre ville natale. Votre succès est incontestable, il vous assure un rang distingué parmi les sociétés Belges, l’union, la fraternité qui règnent entre vous, et l’ordre parfait que j’ai toujours admiré - tout me fait présager pour vous un avenir brillant que vous méritez."

Si nous aimons intercaler cette appréciation, c’est que  Léon Jouret, membre d’honneur de notre chorale, lors des vacances qui le ramenaient souvent à Ath prisait fort le plaisir de passer quelques heures au milieu de ses amis "Les Matelots".

Parfois il se plaisait à diriger la répétition, ce qu’alors les chanteurs avaient chaud.

Entre-temps  le Duc de Brabant, peu après  Léopold II, qui avait assisté au concours de Bruxelles, fut sollicité d’accepter la Présidence d’honneur. Il le fit de très bonne grâce et en termes chaleureux, l’année suivante,  le Prince de Ligne prit le titre de vice-président d’honneur.

Les vieux Matelots sont fiers de montrer encore les signatures de leurs premiers Président et vice Président d’honneur au bas du règlement de la société.

Il convient de remarquer que Charles Wynant avait démissionné en 1854 de son titre de président effectif et avait été remplacé par Henri Delcourt.

1878 (25e anniversaire)

Cependant, les Matelots allaient bientôt sentir passer le vent de la défaite et méditer le vieux proverbe " La roche tarpéienne est près du Capitole ". Au tournoi artistique de Liège en 1868, ils essuyèrent un échec dû, parait-il, à des circonstances tout à fait étrangères à l’interprétation des chœurs.

Dans cette situation et afin de ne plus subir les aléas des compétitions, le comité décida d’orienter exclusivement l’activité de la chorale vers les fêtes de bienfaisance.

Depuis cette décision, les archives de la société témoignent qu’elle s’est toujours généreusement acquittée de sa tâche volontaire. Les lettres de remerciements émanant du bureau de bienfaisance d’Ath, des comités organisateurs de secours aux sinistrés du charbonnage de la Boule, à Frameries, de la cartoucherie Corvilain à Anvers, des inondations de la région liégeoise, des inondés de Termonde, de la catastrophe du fief de Lamberchies à Paturages etc.. sont légion.

  (1897) 

Hélas, les jours se suivent et ne se ressemblent pas.  Aux jours sombres d’août 1914, un immense mouvement de pitié se manifeste en faveur des blessés et des victimes de la grande tourmente.... D’un commun accord les Matelots décident de verser l’intégralité de l’encaisse à la Croix rouge de Belgique.

Pendant la période d’occupation, réunions et répétitions sont suspendues en signe de deuil et aussi afin d’éviter de devoir solliciter de l’envahisseur les autorisations requises.

La victoire acquise et la paix revenue, les Matelots retournèrent à leurs chères habitudes et le noyau d’anciens reprend inlassablement les répétitions. Peu à peu les demandes d’admission parviennent de plus en plus nombreuses au comité.

Continuant sa tâche de réorganisation de la société, le comité sollicite Paul Descamps, industriel à Ath, comme Président d’honneur. Certes le choix n’eut pu être plus heureux : enfant d’Ath, il est issu d’une famille qui a toujours marqué le plus vif intérêt aux progrès de notre cercle et qui n’a manqué aucune occasion de nous témoigner sa vive sympathie.

Afin de donner un nouveau et puissant regain d’activité à la société, on décide coup sur coup en 1925 la fondation d’un cercle féminin et d’une section dramatique. Madame Paul Descamps-Fontaine voulut bien accepter la Présidence d’honneur du cercle féminin et lui donner de multiples preuves de son attachement.

 Entre-temps, la chorale riche alors d’éléments capables de se produire en section dramatique, s’oriente vers l’exécution d’opéras et d’opérettes.

(1927 : Première opérette : Les Mousquetaires au couvent)

De 1927 à 1939, le gala lyrique se déroule le mardi après-midi de la Ducasse d’Ath, qui se situe le quatrième dimanche d’août, spectacle qui est clôturé traditionnellement par un bal.

(1928 : 75e anniversaire)

 

Et en 1939, quelques jours avant l’exécution du Grand Mogol, se déclenche la seconde guerre mondiale, condamnant tous les vaillants interprètes à la plus grande inaction. Celle-ci durera six ans. La tourmente passée, courageusement les Matelots renflouent leur barque et dès 1946 plus florissants que jamais, ils interprètent l’opérette Rêve de Valse, dont le succès n’est pas près d’être oublié.

C’est sous la présidence d' Alexis Ponthot, appelé à remplacer Maurice Lhoir en 1945, que vont s’étaler de nouveaux succès pour la phalange.

C’est sous l’habile et combien sympathique baguette de l’excellent directeur qu’est Anselme Dachy, que tous les membres jeunes et vieux se grouperont pour que se perpétuent au sein de la société "Les Matelots de la Dendre" les bonnes et anciennes traditions de saine et franche camaraderie.

Continuant sur la lancée de leurs aînés, les jeunes Matelots, malgré la succession de plusieurs présidents, s’activèrent de tout coeur pour maintenir le cap et planifièrent leur traditionnel gala annuel le second samedi de la Ducasse.

En 1963, les Matelots firent appel à un metteur en scène de renom,  Freddy Colard, du Théâtre de Mons et d’Avignon.

En 1969, sous la présidence de Charles Brébart, un jeune comité s’est constitué sous la conduite de René Doogenbroodt, Suzette Fauconnier, jean Chevalier, André Loiselet et Jean-Claude Papegay furent attelés aux différentes tâches organisatrices.

Suite au succès rencontré lors de la venue de Rudy Hirigoyen, Arlette Patrick et Pierjac en 1968 pour la Belle de Cadix, le nouveau comité mit tout en œuvre pour rivaliser avec les grands théâtres professionnels et décida de présenter des spectacles de haut niveau.

Le concours de talentueux professionnels et l’arrivée en 1971 du décorateur Gérard Decarpentry, en 1973 de l’électricien de scène Michel Papegay et en 1976 du chef de chœur et d’orchestre Jean-Pierre Jorion, favorisèrent l’étude et la réalisation d’opérettes à grand spectacle.

Pour clôturer dignement le 125 ième anniversaire, outre la présentation de Valses de Vienne avec l’incomparable Mady Mesplé, qui accepta à cette occasion d’être la marraine de la Société et Rudy Hirigoyen le parrain, les Matelots eurent la joie et l’honneur d’accueillir l’infatigable "Monsieur 100.000 volts" : Gilbert Becaud.

La barque, ou plutôt le navire des Matelots, évitant les écueils, sous la Présidence d’honneur du Ministre d’état et Bourgmestre Guy Spitaels, poursuit sa randonnée lyrique.

Le succès toujours grandissant nécessita la programmation de deux représentations le second week-end de la Ducasse.

La renommée de la troupe dépassa très vite les frontières du Pays vert, et les choristes furent sollicités pour assurer les chœurs à Auderghem, Tournai, Anzin, et Tourcoing

En 1988, malgré les bouleversements au sein du comité, qui entraînèrent la succession de plusieurs Présidents, la cheville ouvrière sous la direction de Jean-Claude Papegay, ne désarçonna pas et continua à œuvrer sans se décourager afin de satisfaire les fervents de l’opérette, envisageant même, en collaboration avec l’Académie de musique d’Ath et la Chorale Rencontre la programmation de l’opéra Mireille de Charles Gounod.

Initialement prévue en 1988, la présentation de cette œuvre populaire aura lieu en mai 1991.

A la fin de cette saison lyrique, Freddy Colard, qui assurait la mise en scène depuis près de trente ans, souhaita être remplacé.  Jacques Tayles, Directeur de Charleroi Opérette lui succéda. Depuis 2008, Dominique Papegay, ex-artiste du Moulin Rouge de Paris, règle les mises en scènes des spectacles et la chorégraphie des choeurs.

Depuis quelques années, la société chorale a étendu son champ d’action avec la mise sur pied d’un spectacle lyrique en saison hivernale, programmé en principe le deuxième week-end de mars.

Grâce à tous ceux qui depuis 1853 ont apporté leurs pierres à l’édifice des Matelots de la Dendre, et à l’équipe actuelle ainsi qu’à ses précieux collaborateurs artistiques et techniques, le théâtre lyrique, et plus particulièrement l’opérette, peut espérer survivre à Ath moyennant l’apport financier indispensable; parfois, insuffisant voire refusé dans d’autres villes aux défenseurs d’un art trop discrédité, et sans raison, aujourd’hui.

La Veuve Joyeuse, 2003 (150e anniversaire)

Le comité

Activités

Répertoire

Historique

Responsables successifs

 


Société royale  "Les Matelots de la Dendre"

7801 ATH – Chaussée de Valenciennes, 195

Contact :  matelots.dendre@gmail.com                                                     068 28 37 62